09 novembre 2009

Un “Quai des Bulles” haut en couleurs

La mouette de Gaston ? Vue depuis les remparts de St MaloPour ceux qui douteraient encore de l'importance des couleurs (et par extension des coloristes) dans une planche de bande dessinée, les organisateurs du festival de Saint-Malo  ont eu l'excellente idée de mettre en place une petite exposition sur le sujet lors de la dernière édition, le week-end du 24 octobre.

Le principe en était simple : proposer à la crème des coloristes d'interpréter une planche de Michel Plessix tirée du Vent dans les sables, superbe série soit dit en passant.

Le résultat est passionnant. Il montre la variété d'ambiances possibles en prenant comme base une même planche encrée. Bien sûr, les costumes, les pelages des personnages, les bâtiments, les meubles ont des couleurs différentes, et c'est bien normal. Mais l'essentiel est ailleurs. Chaque coloriste a travaillé la lumière à sa façon, de telle manière qu'on peut à chaque fois déduire bien des choses sur l'horaire, l'orientation, la température ou même la saison de cet extrait.

Ainsi, Christophe Araldi (1) a choisi de placer l'action en début de matinée. Normal puisque Rat est en train de déguster un croissant dans la première case. Le soleil est levé depuis peu, la journée commence. Pour Jean-Jacques Chagnaud (2), 35 ans de carrière, l'astre solaire semble un peu plus haut dans le ciel. Et l'un des vétérans coloristes a ajouté une fenêtre sur le côté droit de la case 2. Claude Guth (3) propose une ambiance plus douce, peut-être en fin de matinée avec un ciel plus couvert. Ou bien sommes-nous en hiver, avec des températures un peu plus fraîches.

Couleurs de Christophe Araldi  Couleurs de Jean-Jacques Chagnaud  Couleurs de Claude Guth

Les femmes ont préféré des atmosphères de fin de journées, plus calmes et nostalgiques. Elvire de Cock (4) fait descendre le soleil vers la mer.  On l'aperçoit scintiller derrière la petite forteresse du bout de la jetée. Pour la case 2, la fenêtre est toujours à droite. Delphine Rieu (5) quant à elle préfère placer l'action en fin de journée. On imagine les personnages bien contents de trouver enfin un peu de fraîcheur. Dans la case 2, Delphine fait venir les derniers rayons de soleil d'une fenêtre placée à gauche. Pas bête pour le sens de lecture. Enfin, Isabelle Rabarot (6), qui a colorisé les premiers albums de Michel Plessix, prend le parti de faire pratiquement disparaître le soleil dans la mer. La journée se termine, la nuit pointe son nez, le rythme de l'action baisse d'intensité.

Couleurs d'Elvire De Cock  Couleurs de Delphine Rieu  Couleurs d'Isabelle Rabarot

Six exemples de colorisation, six interprétations différentes. "Et l'original ?", Couleurs originales de Michel Plessixme direz-vous. Comment Michel Plessix a-t-il traité cette scène portuaire du tome 3, La tentation du désert ? Et bien comme le croissant le laissait penser, la scène se déroule en début de matinée. La lumière est diffuse, les ombres sont légères. Mais on peut imaginer que la journée sera chaude. Pour la case 2, pas de fenêtre, nous nous trouvons dans une cour intérieure (normal vu le nombre d'oiseaux qui viennent picorer des miettes). Cette ambiance nord-africaine, l'artiste la connaît bien puisqu'il passe chaque année quelques semaines à Essaouira au Maroc. Et il nous livre ici une septième interprétation, que l'on considèrera comme définitive puisqu'elle a été publiée.

Faut-il continuer la démonstration ? A travers leur sensibilité, les coloristes ont une responsabilité importante dans la qualité graphique d'une bande dessinée et par conséquent dans son succès éventuel. Vue depuis les remparts de St MaloCertes, ils sont rarement à l'origine de la création de l'histoire et du dessin, mais leur rôle va bien au-delà de celui d'un simple exécutant. Depuis plusieurs années, certains sont d'ailleurs crédités en même temps que le dessinateur et le scénariste. Mais la profession n'a toujours pas de statut. Et cela pose un réel problème en terme de droits d'auteur par exemple. Alors pour faire bouger les choses, des coloristes ont créé en début d'année une association pour échanger, réfléchir, bouillonner. Ça s'appelle l'ADCBD et c'est ici  ou encore ici. Bon vent à eux.

Posté par _ THL _ à 17:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Un “Quai des Bulles” haut en couleurs

Nouveau commentaire