23 décembre 2008

Bruxelles vs Angoulême, le combat

bruxelles.1257959524.gifangouleme.1257959510.gifQuelques semaines avant le début d'un célèbre festival sur les bords de la Charente et d'une année BD fêtée en grandes pompes par la Wallonie, il convenait de départager ces deux villes qui font tant pour la bande dessinée franco-belge. Tirez les premiers messieurs les Belges, oserais-je dire, et choisissez votre arme. Ce sera donc la fresque murale BD. Très bon choix, ces deux villes étant les seules à proposer une telle variété de murs recouverts par des personnages de bande dessinée. Les deux témoins de ce duel à distance seront les sites toutenbd.com et BD & fresques murales qui ont répertorié avec application les lieux peints dans chaque agglomération.

Première manche de ce combat, l'antériorité. Les vieux grimoires nous disent que la première fresque bruxelloise a été réalisée en juillet 1991 et représente Broussaille, le jeune héros dessiné par Frank Pé. La politique des murs peints d'Angoulême a commencé, quant à elle, en 1998 avec une fresque de François Schuiten (même si quelques personnages marouflés plus anciens parsèment encore la ville, on ne peut pas les considérer réellement, de par leur taille, comme des fresques). 1-0 pour Bruxelles.

Deuxième manche, le nombre. Sur les bords de la Charente, la municipalité revendique 20 fresques. Dans la capitale belge, on en compte 37. Et même 38 si on englobe la toute dernière, d'après un dessin de Johan de Moor, qui célèbre les héros édités par Le Lombard. L'écart grandira encore un peu plus l'année prochaine puisque 10 nouvelles fresques sont programmées. 2-0 pour Bruxelles.

Troisième et dernière manche, en grande partie subjective, la qualité graphique. Il faut avant tout comparer ce qui est comparable. La chance veut qu'un certain nombre d'œuvres soient représentées conjointement dans les deux villes. En avant donc pour une inspection en règle. Coin gauche, short rouge, Bruxelles. Coin droit, short bleu, Angoulême :

Blake & Mortimer d'Edgar P. Jacobs

fresquebrux03b.1257959593.jpg fresque-angou01.1257959549.jpg

Monumentale, la Marque Jaune sur son mur de briquettes rouges est assez fascinante. Avantage Bruxelles.

Boule et Bill de Roba

fresquebrux06b.1257959839.jpg fresque-angou02.1257959904.jpg

La scène bruxelloise est beaucoup plus fouillée et très réussie, mais la balançoire angoumoisine possède la poésie qu'on retrouve dans la série. Egalité.

Yslaire

fresquebrux26c.1257960110.jpg fresque-angou03.1257959993.jpg

La scène mélangeant Sambre et XXe ciel.com avec un trompe-l'œil parfaitement réalisé est nettement supérieure à son homologue bruxelloise un peu trop sobre. Avantage Angoulême.

François Schuiten

fresquebrux15b.1257960238.jpg fresque-angou04.1257960193.jpg

Double clin d'œil, d'un côté à La fièvre d'Urbicande, de l'autre aux Murailles de Samaris. Mais Angoulême insiste sur le côté faux semblant, ville dans la ville, cher à Schuiten et Peeters. Avantage Angoulême.

Lucky Luke de Morris

fresquebrux18b.1257960351.jpg fresque-angou06.1257960302.jpg>

Les fenêtres aveugles sont bien utilisées du côté Angoulême, mais la scène de l'attaque de la banque est nettement mieux réussie. Lucky Luke a bien sûr déjà dégainé avant son ombre et Averell sort de la banque avec un sac... un peu spécial. Avantage Bruxelles.

Titeuf de Zep

fresquebrux32b.1257960579.jpg fresque-angou07.1257960405.jpg

Aucune hésitation, Titeuf grimpant sur l'Atomium comme le sale gamin qu'il est, se détache largement. Avantage Bruxelles.

Cubitus de Dupas

fresquebrux09.1257960712.jpg fresque-angou09.1257960642.jpg

Cubitus qui sort de la case aurait pu faire gagner Angoulême, mais l'allusion au Manneken Pis permet à Bruxelles de garder une longueur d'avance. Avantage Bruxelles.

Dupuy et Berberian

fresquebrux10b.1257961801.jpg fresque-angou05.1257960767.jpg

Les deux fresques sont très proches graphiquement. Egalité.

Gaston Lagaffe de Franquin

fresquebrux39.1257961918.jpg   fresque-angou08.1257961862.jpg

A tout seigneur, tout honneur, terminons par Gaston. Deux fresques difficiles à départager qui jouent sur le même registre : Gaston apparaît à l'une des fenêtres (du journal Spirou très certainement) et pratique son dur métier de gaffeur. A Angoulême, c'est Prunelle qui subit le tapage d'un gaffophone parfaitement accordé. Le son mélodieux de l'instrument (de même qu'une partie de l'instrument lui-même) sort de la fenêtre et on croirait vraiment l'entendre (boââ, finalement, ce n'est pas si terrible). A Bruxelles, c'est un passant innocent qui se prend le plus long yoyo du monde sur le crâne. Allez, avantage Angoulême.

Après neuf rounds d'un combat acharné, Bruxelles gagne aux points par 4 contre 3 malgré une belle défense d'Angoulême. 3-0 Bruxelles.

Résultat final : victoire à plate couture de Bruxelles, qui peut vraiment être déclarée "championne des fresques murales BD".  Thème du match retour et prochain duel : les festivals ?

Images : © ToutenBD.com, bdmurales.skynetblogs.be

Posté par _ THL _ à 17:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Bruxelles vs Angoulême, le combat

Nouveau commentaire